CROISADES


CROISADES
CROISADES

Expéditions militaires organisées par l’Église pour la délivrance de la Terre sainte, les croisades trouvent leur origine lointaine dans les prescriptions ecclésiastiques du IXe siècle qui sanctifiaient le combat contre les infidèles pour la défense des chrétiens opprimés.

La lutte qui, de 1096 à 1291, opposa les croisés aux musulmans constitue une des grandes pages de l’histoire de l’humanité: au début, des foules de pèlerins, armés de leur seule foi, se font massacrer. La chevalerie occidentale, qui a pris le temps de s’organiser, leur succède et s’empare de la Palestine. Mais à peine installés, les seigneurs qui ont transposé sur les rives de la mer Morte les structures féodales de l’Europe occidentale, doivent défendre leur conquête contre le retour offensif de l’Islam. Pendant deux siècles, la Chrétienté tentera de leur envoyer périodiquement des renforts qui, souvent, se feront attendre. Aussi, peu à peu, les chrétiens d’Orient et les musulmans, cohabitant sur les mêmes terres, apprendront à se mieux connaître: la diplomatie souvent se substituera à la guerre.

Les Latins finiront cependant par être expulsés du Levant; mais l’esprit des croisades survivra à la perte de la Terre sainte: par tout un système d’indulgences, de protection juridique et de secours financier, la papauté animera la lutte contre les Turcs, contre les Mongols de Tamerlan, contre les païens des pays baltes, mais aussi – à l’intérieur des frontières de la Chrétienté – contre les hérétiques cathares et hussites, et même contre les empereurs Hohenstaufen, qui contestaient l’hégémonie de Rome. Les croisades constituèrent ainsi une tentative pour soumettre l’Europe à un gouvernement théocratique: grâce à elles, les papes parvinrent souvent à imposer la paix entre les princes chrétiens, et ils mirent en place un système fiscal dont le caractère abusif devait, plus tard, provoquer de vives réactions.

1. Les origines de l’idée de croisade

Il est possible que les circonstances économiques (on a parlé de la surpopulation de l’Occident), politiques ou psychologiques aient contribué au déclenchement des croisades. Mais, depuis le IXe siècle, la défense des chrétiens menacés par les infidèles était considérée comme une œuvre salutaire: le pape Jean VIII avait accordé l’absolution aux guerriers qui mouraient en défendant les chrétiens contre les Sarrasins en Italie. En 1063, Alexandre II renouvela cette disposition en faveur de ceux qui combattaient en Espagne. Et le «mouvement de paix» du XIe siècle érigea en devoir pour les membres de la chevalerie la défense du peuple chrétien contre ses oppresseurs. Or, à la suite de la défaite de Manzikert, infligée par les Turcs seldjoukides aux Byzantins en 1071, l’Asie Mineure avait été envahie par les musulmans; le pape Grégoire VII reçut des appels à l’aide de la part des Grecs et des Arméniens. En 1074, il tenta d’organiser une expédition de secours en convoquant les vassaux du Saint-Siège; il envisageait de se joindre à l’expédition qui devait s’achever par un pèlerinage au Saint-Sépulcre. Le projet échoua.

Urbain II le reprit en 1095. Sans doute (la question reste controversée) avait-il reçu des appels à l’aide de l’empereur Alexis Comnène, qui souhaitait recevoir des renforts d’Occident et négociait avec le pape la fin du schisme qui séparait Rome de Constantinople. En tout cas, au concile de Clermont, le pape invita la chrétienté occidentale à se porter au secours des chrétiens d’Orient persécutés par les envahisseurs turcs. Il fit certainement aussi allusion à l’occupation des Lieux saints par les musulmans, en demandant aux Occidentaux de libérer ceux-ci. Et il accorda aux participants une indulgence plénière: le voyage de Jérusalem (iter hierosolymitanum ) tiendrait lieu de pénitence à ceux qui l’effectueraient après avoir confessé leurs péchés et reçu l’absolution.

2. Le déroulement des croisades en Terre sainte

La première croisade

La première croisade, prêchée à Clermont par Urbain II lui-même, fut organisée par lui au cours d’un voyage dans le midi de la France. Son appel fut repris par de nombreux prédicateurs, parmi lesquels le célèbre Pierre l’Ermite, auquel la tradition postérieure attribua une part décisive dans la naissance de la croisade (c’est lui qui aurait révélé au pape les souffrances des chrétiens d’Orient). On composa une encyclique attribuée au pape Sergius IV, pour rappeler les profanations commises au début du siècle à Jérusalem par le khalife al-Hâkim. Le pape écrivit lui-même aux Bolonais et aux Flamands pour les inviter à se joindre à l’expédition, dont le départ fut fixé au 15 août 1096.

En fait, des bandes de pèlerins (la «croisade populaire») se mirent en marche avant cette date. Mal équipées, sans vivres et sans argent, elles se livrèrent à des déprédations (notamment contre les juifs d’Allemagne), qui valurent à plusieurs d’entre elles d’être anéanties par les Hongrois. L’empereur byzantin cantonna les survivants sur la rive asiatique du Bosphore pour attendre les barons; mais les pèlerins se firent massacrer par les Turcs.

Les quatre principales armées partirent, l’une de la France du Nord et de la Basse-Lorraine, sous les ordres de Godefroy de Bouillon ; la deuxième, de la France du Midi, sous la direction du comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, et du légat du pape, Adhémar de Monteil ; la troisième, d’Italie méridionale, sous le commandement du prince normand Bohémond ; la quatrième, de la France centrale, avec Étienne de Blois et Robert de Normandie. La première descendit le Danube; la deuxième traversa la Lombardie, la Dalmatie et le nord de la Grèce; la troisième gagna directement Durazzo par mer, comme la quatrième, qui était passée par Rome. Toutes firent leur jonction sur la terre d’Asie, après avoir séjourné à Constantinople (le séjour de Godefroy fut marqué par des incidents avec les Grecs).

Un traité passé avec Alexis Comnène stipulait la restitution à l’Empire byzantin des villes que les Turcs lui avaient enlevées: les croisés s’emparèrent de Nicée et la remirent aux Byzantins, ainsi que quelques autres places d’Asie Mineure. Ils bousculèrent l’armée turque à Dorylée et atteignirent la Syrie, où Édesse fut occupée (1097). Ils assiégèrent longuement Antioche et s’en emparèrent au moment même où une armée de secours, envoyée par le sultan seldjoukide allait arriver; ils étaient bloqués dans Antioche, mais, au cours d’une sortie, parvinrent à écraser l’armée turque (1098). L’empereur n’était pas venu au secours des croisés; Bohémond en tira argument pour s’établir lui-même à Antioche et ne pas remettre la ville aux Grecs. Les croisés se remirent en marche, assiégèrent Jérusalem et prirent la ville d’assaut; après quoi, à la bataille d’Ascalon (1099), ils écrasèrent l’armée égyptienne, qui venait les attaquer.

De nouvelles armées (l’«arrière croisade») s’étaient constituées en Allemagne, en Bourgogne, en Poitou et en Lombardie; descendant le Danube, elles gagnèrent Constantinople. Mais elles furent anéanties au cours de la traversée de l’Asie Mineure et seuls quelques éléments parvinrent en Syrie (1101). En revanche, des contingents venus par mer – Génois, Pisans, Vénitiens, Norvégiens – arrivèrent sans encombre et aidèrent ceux des croisés qui s’étaient fixés en Terre sainte à occuper les villes de la côte.

Il semble que, le pape Calixte II, dès 1120, ait envisagé d’organiser une nouvelle croisade pour secourir les «Latins» d’Orient très menacés par les Turcs. Son appel ne rencontra pas un grand succès; mais, pendant tout le XIIe siècle, des pèlerins allèrent, individuellement ou en groupe, accomplir le pèlerinage de Jérusalem et secourir les Latins.

La deuxième croisade

La deuxième croisade fut provoquée par la chute d’Édesse (1144), qui décida le pape Eugène III à proclamer la croisade en 1146. Saint Bernard prit une part prédominante à la prédication de cette croisade; le roi Louis VII prit la croix à Vézelay, l’empereur Conrad III à Spire (1147). Leurs deux armées descendirent le Danube, atteignirent Constantinople où l’empereur grec, Manuel Comnène, les accueillit bien, mais en leur demandant de prendre les mêmes engagements que les croisés de 1096. Il avait lui-même conclu la paix avec les Turcs d’Asie Mineure. Ceux-ci refoulèrent l’armée de Conrad III après lui avoir fait subir de grosses pertes; celle de Louis VII, qui suivait la côte, parvint à se frayer un chemin jusqu’à Attalia, où le roi put embarquer son corps de bataille pour Antioche, mais où les pèlerins restés en arrière eurent beaucoup à souffrir.

Au lieu de lutter, comme le demandait le prince d’Antioche, contre l’atabeg d’Alep qui avait pris Édesse, les deux souverains gagnèrent Jérusalem et mirent le siège devant Damas, mais en vain. Ils rentrèrent alors en Occident où l’échec de la croisade suscita de profonds remous. Toutefois, les croisés frisons et anglais, qui avaient suivi la route maritime, avaient aidé les Portugais à s’emparer de Lisbonne.

À partir de 1165, il devint évident que, sans l’arrivée de nouveaux secours, l’Orient latin ne pourrait supporter la pression de l’État musulman qui s’était constitué en Syrie et s’étendit bientôt à l’Égypte. Le pape Alexandre III lança alors des appels à la croisade, qui devaient être renouvelés par ses successeurs, mais avec un résultat très limité. Ce sont seulement la destruction de l’armée du roi de Jérusalem par Saladin et la chute de la Ville sainte (1187) qui, provoquant une émotion considérable en Occident, rendirent possible une nouvelle croisade.

La troisième croisade

Précédée d’une exhortation à la pénitence générale, la troisième croisade fut décidée, dès 1187, par le pape, et divers contingents se mirent immédiatement en route pour rejoindre les Latins d’Orient qui résistaient à Saladin. Trois souverains, l’empereur Frédéric Barberousse, les rois de France et d’Angleterre, rassemblèrent des armées importantes: le premier suivit la route du Danube, traversa l’Empire byzantin malgré l’opposition de l’empereur Isaac Ange, puis la Turquie, mais il se noya dans un fleuve de Cilicie et son armée se disloqua. Les deux autres prirent la route de mer, par la Sicile. Richard Cœur-de-Lion conquit Chypre au passage, puis vint s’associer au siège d’Acre établi par les autres croisés. Après la prise d’Acre et le départ de Philippe Auguste, il dirigea les opérations militaires, s’emparant de plusieurs places (Jaffa, Ascalon), mais sans oser marcher sur Jérusalem. Il imposa cependant à Saladin un traité par lequel le sultan renonçait à éliminer les colonies franques de Syrie (1192). C’est au retour de cette croisade que le roi d’Angleterre fut fait prisonnier par le duc d’Autriche.

L’empereur Henri VI, fils de Barberousse, devenu maître du royaume de Sicile, conçut le projet de reprendre la croisade à son compte, en imposant sa suzeraineté à l’empereur byzantin aussi bien qu’aux royaumes nouvellement institués de Chypre et d’Arménie. Ses troupes arrivèrent en Orient dès 1197; on reprit Beyrouth, mais la nouvelle de la mort de l’empereur amena la dislocation de la croisade (1198).

La quatrième croisade

Décidée, dès 1198, par le pape Innocent III, la quatrième croisade fut prêchée par le légat Pierre Capuano et Foulques de Neuilly: ce dernier obtint, au tournoi d’Écry, l’adhésion de la noblesse champenoise (1199). Mais la mort du comte de Champagne contraignit les croisés à prendre pour chef à sa place le marquis de Montferrat, Boniface; ils traitèrent avec Venise pour équiper une flotte beaucoup trop importante au regard de l’argent dont ils disposaient. De ce fait, malgré l’interdiction du pape (1202), les croisés durent passer un nouveau traité avec Venise, qui obtint leur participation au siège de la ville dalmate de Zara, alors occupée par le roi de Hongrie. Puis le prétendant byzantin Alexis IV Ange, beau-frère du roi allemand Philippe de Souabe, gagna leur appui en échange de la promesse de subsides et de troupes dont ils avaient besoin pour leur expédition (celle-ci était en principe dirigée contre l’Égypte, pour obliger le sultan à évacuer la Terre sainte). Aussi, toujours en dépit des instructions pontificales, les croisés se portèrent sur Constantinople, où ils remirent sur le trône le père d’Alexis IV, Isaac (1203). Mais Alexis IV ne put tenir ses promesses et, lorsqu’il fut détrôné par Alexis V Murzuphle, les croisés, placés par cette révolution dans une situation très difficile, se décidèrent à prendre Constantinople. Après un siège assez bref, la ville fut prise d’assaut et pillée (12-13 avril 1204) et un Empire latin remplaça l’Empire byzantin. Mais le résultat de cette entreprise fut de détourner une partie des efforts de l’Occident vers Constantinople, et d’aggraver les difficultés entre Grecs et Latins, sans profit pour la Terre sainte, contrairement aux espoirs des premiers empereurs latins.

La cinquième croisade

Une cinquième croisade n’allait pas tarder à être organisée, toujours par les soins d’Innocent III. Elle fut précédée par un mouvement populaire, la croisade des enfants de 1212; des milliers de jeunes pèlerins allemands et français s’étaient mis en route pour la Terre sainte; mais leur entreprise s’acheva misérablement dans les villes d’Italie et à Marseille. Innocent III chercha à convaincre le sultan d’Égypte de restituer Jérusalem aux chrétiens, de façon à établir la paix entre musulmans et chrétiens; mais la construction d’une forteresse musulmane sur le mont Thabor, qui bloquait Acre, le décida à prêcher la croisade, qui fut organisée par le quatrième concile du Latran (1215). Les rois de Chypre et de Hongrie firent, en 1217, une expédition infructueuse contre le Thabor, et regagnèrent leurs royaumes. Le roi de Jérusalem, Jean de Brienne, en 1218, mena les croisés en Égypte et assiégea le port de Damiette, qui tomba en 1219. Le cardinal Pélage et de nombreux croisés s’établirent dans la ville, qui paraissait fournir une base d’opération en vue de la conquête de l’Égypte; le roi Jean, pour sa part, considérait Damiette comme une monnaie d’échange contre l’ancien royaume de Jérusalem, et le sultan d’Égypte offrait de rétrocéder celui-ci aux croisés. Le point de vue de Pélage ayant triomphé, l’armée se mit en marche vers Le Caire, mais fut encerclée et n’obtint sa liberté qu’en renonçant à Damiette (1221).

La sixième croisade

L’échec de la cinquième croisade, qui avait soulevé de grands espoirs en Occident et chez les chrétiens d’Orient, n’empêcha pas la prédication d’une sixième croisade, lorsque l’empereur Frédéric II prit la croix, en 1223. L’empereur tarda à s’embarquer; les croisés déjà arrivés en Orient, après avoir restauré quelques places fortes, commençaient à repartir pour l’Occident; le pape Grégoire IX finit par excommunier Frédéric. Celui-ci avait cependant déjà entamé des négociations avec le sultan d’Égypte, profitant de ce que son mariage lui avait valu la couronne de Jérusalem. Il réussit à obtenir pacifiquement, au traité de Jaffa (1229), la cession de Jérusalem (où le Temple restait aux musulmans), de Bethléem et de Nazareth, ainsi que des routes menant aux villes saintes. Ce traité, mal accueilli en Occident et dans l’Orient latin, demeura en vigueur pendant une dizaine d’années.

En 1237, le pape Grégoire IX lança une nouvelle croisade, que dirigèrent le comte de Champagne, le duc de Bourgogne et Richard de Cornouailles. Cette «croisade des barons», après une première défaite à Gaza, reprit la tradition des négociations avec les princes musulmans, en exploitant leurs rivalités, et le comte Richard obtint la restitution d’une grande partie du royaume de Jérusalem (1239-1241), complétant ainsi l’œuvre de Frédéric II.

Les septième et huitième croisades

Toutefois, en 1244, un désastre survint en Terre sainte: la chute de Jérusalem et la destruction de l’armée franque par le sultan d’Égypte, contre lequel les Francs s’étaient alliés à celui de Damas. Le pape Innocent IV lança un appel pour une septième croisade, à laquelle adhérèrent le roi de France, celui de Norvège (qui ne partit pas), des barons anglais et le prince de Morée. Débarquant à Chypre en 1248, l’armée s’empara de Damiette en 1249 et entreprit la conquête de l’Égypte. L’échec de Mansourah fut suivi d’une retraite désastreuse au cours de laquelle Saint Louis fut capturé avec ses hommes (1250). Libéré moyennant une lourde rançon et l’abandon de Damiette, le roi séjourna plusieurs années en Terre sainte pour mettre en état de défense les territoires conservés par les Francs. Il négocia des trêves avec les princes musulmans avant de repartir pour la France (1254).

Mais l’œuvre de consolidation ainsi réalisée ayant été remise en question par les conquêtes du sultan Baïbars, à partir de 1263, le pape Urbain IV déclencha une huitième croisade, dont les départs s’échelonnèrent de 1265 à 1272. Les croisés se consacrèrent à aider les Francs d’Acre à défendre leurs dernières places. Saint Louis entreprit une expédition de vaste envergure, probablement dirigée contre l’Égypte, qui l’amena à assiéger Tunis: il mourut devant la place en 1270, et Édouard d’Angleterre s’estima heureux de pouvoir amener le sultan à accorder une nouvelle trêve aux Latins.

Le pape Grégoire X envisagea alors une nouvelle campagne, à laquelle il entendait associer les Mongols de Perse et l’empereur byzantin Michel Paléologue: cette croisade fut décidée par le second concile de Lyon, en 1274. Mais les intrigues de Charles d’Anjou, les atermoiements des princes et les lenteurs de la préparation firent qu’elle ne partit jamais. Une nouvelle menace, celle du sultan Qalaoun, qui s’empara de Tripoli en 1289, décida Nicolas IV à proclamer une autre croisade, qui ne réussit pas à sauver Acre, en 1291.

3. Signification religieuse des croisades

Les caractéristiques de la croisade se sont définies progressivement tout au long de cette histoire. Urbain II, comme Grégoire VII, paraît avoir envisagé la croisade comme une expédition de secours envoyée aux chrétiens d’Orient pour les défendre contre leurs oppresseurs, au nom de la «charité fraternelle», en attribuant aux participants l’indulgence liée au pèlerinage de Jérusalem, c’est-à-dire la remise des pénitences que le confesseur pouvait enjoindre aux pécheurs repentants. Les croisés, de leur côté, mirent au premier rang de leurs préoccupations le pèlerinage, aux dépens des secours à apporter à leurs frères, et toutes les croisades du XIIe siècle montrent les chevaliers et les pèlerins impatients d’arriver à Jérusalem.

Aussi, dès le temps d’Alexandre III, les papes se sont préoccupés de mieux préciser l’importance du secours à apporter à ces frères en danger que sont désormais les Latins établis en Orient, en accordant des privilèges spirituels plus étendus à ceux qui, le pèlerinage accompli, se mettaient au service des Latins d’Orient. Mais, en fait, c’est la chute de Jérusalem et l’impossibilité où les croisés se trouvèrent dès lors de visiter le Saint-Sépulcre qui donnèrent son caractère définitif au « vœu de croisade» (votum crucis ): l’indulgence accordée à ceux qui partiraient pour le secours de la Terre sainte (subsidium Terrae sanctae ) se distinguait désormais de celle qui était liée à l’accomplissement du pèlerinage.

Le vœu de croisade se différenciait du vœu de pèlerinage par le fait que le croisé portait les armes, ce qui était traditionnellement interdit au pèlerin. Mais, au moment de partir, le croisé recevait la bénédiction réservée aux pèlerins; il devait accomplir son voyage en esprit de pénitence, sans rechercher ni enrichissement ni satisfaction de vaine gloire; il lui fallait éviter le luxe et l’ostentation. Saint Bernard allait jusqu’à assimiler le fait de prendre la croix, c’est-à-dire de porter sur ses vêtements la croix d’étoffe désignant le pèlerin de Jérusalem, à une véritable «conversion», analogue à l’entrée en religion. Tous les croisés, bien entendu, ne satisfaisaient pas à cet idéal; mais un encadrement religieux leur était donné: un légat pontifical accompagnait les armées pour veiller à ce que l’on prêchât la pénitence et à ce que les confessions fussent assurées.

Le vœu de croisade entraînait d’autre part pour le croisé l’acquisition de certains privilèges (privilegium crucis ): ses biens et sa famille étaient placés sous la protection de l’Église. Cela eut pour conséquence l’adoption d’un moratoire pour le paiement des dettes du croisé, et les juridictions laïques supportèrent avec impatience ces prérogatives à leurs yeux exorbitantes. En revanche, le fait de ne pas accomplir le vœu entraînait des peines spirituelles, telles que l’excommunication.

4. L’organisation des croisades

La prédication

La décision prise par le pape d’organiser une expédition se traduisait par la promulgation d’une bulle de croisade, faisant connaître à la Chrétienté dans son ensemble (ou parfois à certaines contrées seulement) les raisons qui rendaient l’expédition nécessaire, l’octroi des privilèges temporels et spirituels concédés aux croisés, et fixant souvent la date du départ. Les constitutions promulguées par le quatrième concile du Latran et le second concile de Lyon prennent même l’allure d’un véritable code de la croisade, entrant dans le plus infime détail.

Le pape désignait également ceux qui étaient chargés de la prédication: on connaît mal les conditions dans lesquelles cette désignation intervint lors des deux premières croisades, mais on sait que saint Bernard reçut une mission du pape Eugène III et chargea plusieurs cisterciens de prêcher la croisade en 1147; un prédicateur qui s’était attribué lui-même cette fonction et qui excitait les foules contre les juifs fut désavoué par lui. Par la suite, ce sont les légats chargés d’organiser la croisade dans une région donnée qui investissent les prédicateurs de leurs fonctions. Des recueils de sermons existent, qui permettent de connaître les thèmes auxquels recourait la prédication, tel le Tractatus de praedicatione sanctae Crucis d’Humbert de Romans. D’autre part les trouvères et les Minnesänger reprenaient les thèmes de la prédication en les adaptant aux auditoires qu’ils touchaient.

Le pape désignait aussi les légats qui accompagnaient l’armée; ceux-ci ont parfois joué un rôle dans la direction des opérations (tel Adhémar de Monteil, en 1096-1098, et Pélage en 1218-1221). Mais leurs fonctions étaient essentiellement de caractère spirituel. La direction de la croisade était laissée à ceux des grands barons ou des chefs d’État qui avaient pris la croix. Peu à peu, toutefois, on s’orienta vers la désignation d’un chef de guerre: les historiens s’interrogent sur le rôle qui avait été réservé par Urbain II à Raymond de Saint-Gilles; Boniface de Montferrat fut choisi comme chef de la quatrième croisade; la désignation d’un capitaneus devient la règle à la fin du XIIIe siècle. Mais le commandement, lorsque plusieurs personnages de rang équivalent participent à l’expédition, est assuré par un conseil où siègent les grands barons. Et chacun d’eux commande le contingent constitué par ses vassaux et par ceux qui se sont placés sous sa direction – et souvent mis à sa solde – pour la durée de l’entreprise.

En dehors de ces contingents de combattants figurent les pèlerins qui se joignent à l’armée, souvent sans porter les armes: ces personnages vivent de la charité des autres et représentent un élément turbulent, peu accessible à la discipline que les princes cherchent à faire régner; mais ils exercent une certaine pression sur les chefs de l’armée du fait qu’ils sont les «pauvres» et les «pénitents» par excellence. Ainsi obligèrent-ils les barons de la première croisade à reprendre la route de Jérusalem quand ils s’attardaient en Syrie du Nord.

L’évolution de la stratégie

De plus en plus les croisés cessèrent de suivre la route de terre – longue, pénible et périlleuse du fait de la traversée de l’Asie Mineure et des difficultés du ravitaillement – pour adopter la voie maritime. L’équipement d’une flotte de transport devint alors l’un de leurs principaux soucis: Philippe Auguste demanda des navires à Gênes; le marquis de Montferrat, pour la quatrième croisade, à Venise; Saint Louis fit construire des navires pour la huitième croisade; Innocent III fit appel, en 1215, aux armateurs de villes italiennes. Des navires spéciaux (huissiers ) transportaient les chevaux; des galères escortaient les navires de transport (nefs ), où s’entassaient les hommes et les vivres.

Si la tactique des croisés restait fondée sur l’action des chevaliers bardés de fer, appuyés par une infanterie d’archers ou d’arbalétriers, qui rendit de grands services à Richard Cœur-de-Lion et à Saint Louis, la stratégie se modifia; on découvrit, dès 1192, qu’il ne suffisait pas de lancer une armée en Palestine pour essayer d’enlever Jérusalem; la Terre sainte étant soumise au sultan d’Égypte, une campagne dirigée contre l’Égypte, base de sa puissance, paraissait le meilleur moyen de lui faire lâcher prise. Cela entraîna les croisés à utiliser une base voisine de l’Égypte: l’île de Chypre, où Saint Louis avait fait envoyer des vivres et où son armée débarqua en 1248. D’autre part, on rechercha des alliés pour venir à bout du puissant souverain musulman: les Byzantins, dans l’optique des croisés de 1202; les autres princes musulmans (ceux de Damas, comme en 1239-1241, de Turquie, ou de Tunis, comme en 1270); le fabuleux Prêtre Jean; enfin, à partir de 1265, les Mongols de Perse, avec lesquels les princes croisés essayèrent de mener des opérations combinées. On pensa même à l’empereur chrétien d’Éthiopie, qui aurait pu, croyait-on, prendre l’Égypte à revers.

Le financement des expéditions

L’équipement des troupes, leur transport, leur ravitaillement, le paiement des soldes exigeaient de très grosses sommes d’argent. Durant les premières croisades, les croisés se les procuraient exclusivement par leurs propres moyens, en vendant ou en engageant leurs terres: le pape Eugène III édicta un texte en vertu duquel les parents ou les suzerains d’un croisé ne pouvaient s’opposer à l’engagement d’une terre sur laquelle ils avaient des droits. Mais, très vite, les princes et les barons usèrent des «aides»: le départ en croisade était l’une des occasions dans lesquelles leurs sujets ne pouvaient refuser de leur payer un impôt exceptionnel. Louis VII y recourut déjà; la troisième croisade voit le procédé couramment admis.

Cela ne suffisait pas: l’Église se préoccupa de rassembler un trésor de guerre à mettre à la disposition des croisés. Chaque sermon de la croisade se terminait par l’invitation à faire des aumônes destinées à la croisade. Dès la fin du XIIe siècle, les bulles de croisade précisent que l’indulgence peut être acquise à ceux qui, incapables de partir eux-mêmes, fournissent selon la mesure de leurs ressources les sommes nécessaires à l’équipement et à l’entretien des croisés. C’est le système des «rachats de vœux», qui suscite d’ailleurs de vives critiques.

Mais le pape Innocent III mit au point un autre système appelé à une longue fortune: le recours aux «décimes». Le pape lui-même réserva aux croisés une part de son revenu annuel; les cardinaux l’imitèrent; les prélats et les détenteurs de biens d’Église furent invités à payer le centième de leur revenu (1199). Cette proportion monta souvent au vingtième, parfois au dixième du revenu de chaque bénéfice ecclésiastique. En principe, cette taxation était volontaire et arrêtée dans des assemblées. Elle devint vite obligatoire, et le pape désigna des collecteurs pour lever les décimes. Le montant de celles-ci était remis aux chefs de la croisade; ainsi les décimes levées sur le clergé de leur royaume étaient-elles attribuées aux souverains qui prenaient la croix. Certains découvrirent dès le XIIIe siècle qu’il leur était possible d’annoncer leur départ pour se faire octroyer une décime, et de remettre ensuite leur expédition...

5. Les croisades non destinées à la Terre sainte

La définition de la croisade étant assez imprécise, on assimila peu à peu aux croisades véritables d’autres expéditions regardées elles aussi comme des «guerres justes», menées pour la défense de la Chrétienté ou de l’Église romaine. Urbain II avait dû dissuader les Espagnols de participer à la croisade en 1096, du fait qu’ils devaient se défendre contre les musulmans sur leur propre territoire; dès 1120, Calixte II accordait à ceux qui combattraient pour défendre les chrétiens d’Espagne la même indulgence qu’à ceux qui iraient défendre les chrétiens de Jérusalem. En 1147, les privilèges de croisade furent étendus de même à ceux qui combattraient en Espagne et à ceux qui iraient défendre la frontière allemande contre les Slaves païens. Mais Innocent III précisa au début du XIIIe siècle que ceux qui défendraient les jeunes chrétientés des pays baltes contre les retours offensifs des païens de cette contrée ne recevraient que les indulgences acquises par les pèlerins de Rome ou de Compostelle et non celles des pèlerins du Saint-Sépulcre. L’invasion des Mongols en Pologne et en Hongrie décida Innocent IV à organiser contre ces envahisseurs une croisade (1241), qui fut à nouveau proclamée par son successeur Alexandre IV.

Toutes ces expéditions partageaient avec les croisades d’Orient le même caractère: c’étaient des guerres menées contre des non-chrétiens, non pour les soumettre au christianisme (la croisade se distingue, en effet, fondamentalement de la « guerre sainte » visant à la conversion forcée des infidèles, notion qui n’était pas étrangère à l’Occident carolingien, cependant que les canonistes refusaient de l’admettre), mais pour défendre la «patrie des chrétiens» et les chrétiens en danger. Mais d’autres furent dirigées contre des hérétiques ou des schismatiques. Telle la croisade contre les albigeois, qu’Innocent III se décida à proclamer à la suite de l’assassinat par les cathares du légat Pierre de Castelnau (1208): destinée à protéger contre les hérétiques les catholiques du Languedoc, elle aboutit à la conquête de la France du Midi par les barons du Nord, les domaines des hérétiques et de leurs protecteurs étant considérés comme exposés «en proie». Dès 1108, Bohémond, accusant les Byzantins d’avoir trahi les croisés et attaqué leurs terres, paraît avoir obtenu d’assimiler à la croisade l’expédition qu’il dirigea contre eux et qui échoua devant Durazzo. En 1237, le danger qui pesait sur l’Empire latin du fait des Grecs décida Grégoire IX à essayer de détourner contre ceux-ci la croisade destinée à la Terre sainte, ce qui n’eut d’ailleurs que peu de succès. De même après la reprise de Constantinople par les Grecs (1261): le pape Urbain IV ordonna une croisade, mais on préféra bien vite négocier avec Michel Paléologue, qui offrait de réaliser l’union des Églises pour éviter le déclenchement de cette expédition. L’empereur Michel poursuivit cette politique et réussit à tenir de la sorte en échec les efforts de Charles d’Anjou, roi de Sicile, qui cherchait à obtenir la prédication d’une croisade antibyzantine: ce dernier n’y parvint qu’à l’avènement du pape Martin IV, et les Vêpres siciliennes (1282) firent échouer son projet.

Enfin, l’indulgence de croisade fut également employée pour la défense de l’Église de Rome et de son patrimoine, et spécialement dans les affaires du royaume de Sicile, vassal du Saint-Siège: Innocent III l’accorda à ceux qui luttaient contre Markward d’Anweiler (1199); Grégoire IX à ceux qui envahirent le royaume de Sicile sous la conduite de Jean de Brienne après la première excommunication de Frédéric II (1230); Innocent IV en usa largement dans sa lutte contre le même Frédéric II; Charles d’Anjou en bénéficia lorsqu’il enleva la Sicile à Manfred et la défendit contre Conradin, et il obtint de Martin IV le même privilège pour lutter contre Pierre d’Aragon, qui avait occupé l’île de Sicile; ce fut la «croisade d’Aragon», au cours de laquelle mourut le roi Philippe III de France (1283-1284).

6. La survie des croisades contre l’Islam

Les croisades survécurent à la chute d’Acre et des dernières places tenues par les Latins en Terre sainte (1291). Les papes ne renoncèrent pas à employer l’indulgence de croisade pour des opérations militaires dirigées contre des envahisseurs menaçant la Chrétienté sur ses frontières (tels les païens des pays baltes au XIVe siècle, ou Tamerlan, dont l’invasion en 1396 menaçait les chrétiens du Caucase); contre des hérétiques tels que les hussites: les expéditions lancées par ceux-ci contre les pays voisins et leur domination sur la Bohême amenèrent les papes et les conciles à diriger cinq croisades contre eux (1421-1435); contre les ennemis de l’Église, notamment durant le Grand Schisme d’Occident (dans le royaume de Naples ou, en 1383, dans le comté de Flandres).

Mais c’était surtout en Orient que la croisade restait indispensable. Les chrétiens d’Occident ne renonçaient pas, en dépit de la perte de leurs bases de la côte syro-palestinienne, à récupérer la Terre sainte. De très nombreux projets de croisade furent élaborés à la fin du XIIIe et au XIVe siècle: les plus célèbres sont ceux du roi Charles II de Sicile, du prince arménien Haython, du franciscain Raymond Lull, des dominicains Raymond Étienne et Guillaume Adam, du Vénitien Marco Sanudo Torselli; plus tard, celui du «viel pèlerin» Philippe de Mézières et, au XVe siècle, celui du Vénitien Emmanuel Piloti. Ces projets réunissaient des plans de campagne où intervenaient les Mongols de Perse ou d’autres alliés éventuels, avec des suggestions telles que le blocus de l’Égypte ou la fondation d’un ordre religieux militaire investi de la garde des territoires conquis par les croisés. La croisade exigeait un Occident parfaitement uni: aussi, dans son De recuperatione Terrae sanctae , le Français Pierre Dubois imaginait-il une réforme complète de la société, de l’Église et de la carte politique de l’Europe...

Quant aux papes, ils préparaient un «passage général» en essayant de réconcilier les souverains ennemis pour les associer à l’entreprise commune; ils prévoyaient et décidaient la levée de décimes. Mais, si l’expédition parut à plusieurs reprises très proche de sa réalisation, seule la croisade menée par le roi de Chypre Pierre Ier, en 1365, aboutit à l’occupation, d’ailleurs éphémère, du port d’Alexandrie. Et encore cette guerre contre le sultan avait-elle commencé pour d’autres raisons que pour la «récupération de la Terre sainte».

C’est que, dès le début du XIVe siècle, un danger nouveau menace la Chrétienté, et d’abord les îles qui représentent ce qui reste de l’Orient latin: la piraterie, forme nouvelle de la «guerre sainte» musulmane, menée surtout par les émirats turcs qui s’établissent sur les côtes d’Asie Mineure. Contre eux, l’ordre des Hospitaliers, qui s’installe à Rhodes, se voue à la police des mers; dès 1333, le pape institue une Sainte Ligue pour lutter contre les Turcs qui font régner l’insécurité en mer Égée.

En 1344, Clément VI renouvelle la Sainte Ligue, dont les participants bénéficient des privilèges des croisés: la prise de la citadelle de Smyrne représente un beau succès, que prolonge la croisade du dauphin Humbert de Savoie (1345). Quelques années plus tard, le légat saint Pierre Thomas emmène de nouveaux croisés contre les nids de pirates turcs, et c’est en luttant contre ceux-ci, non sans succès (prise d’Attalia), que le roi Pierre Ier de Chypre est entraîné à faire la guerre au sultan d’Égypte.

Du côté de l’Afrique du Nord, même politique: en 1390, le duc Louis II de Bourbon conduit une croisade contre Africa (al-Mahdiya), repaire des pirates tunisiens, qu’il ne parvient d’ailleurs pas à enlever.

Le danger créé par les Turcs Ottomans, qui conquièrent peu à peu l’Empire byzantin, donne une nouvelle orientation aux croisades que les empereurs grecs cherchent à susciter: dès 1366, le comte Amédée VI de Savoie se porte au secours de Constantinople. De nouveau, l’Occident prend la croix pour défendre les Byzantins et les peuples des Balkans: en 1396, avec l’assentiment des deux papes rivaux, le roi Sigismond de Hongrie et le comte de Nevers, Jean de Bourgogne, entreprennent la campagne qui s’achève par le désastre de Nicopolis. De nouvelles expéditions, toujours enrichies des privilèges de la croisade, interviennent au XVe siècle. La plus notable est celle du roi Ladislas de Pologne et du voïvode Jean Hunyadi, qui s’achève sur le désastre de Varna après avoir connu de réels succès (1444). Le duc de Bourgogne Philippe le Bon se consacre à la croisade: après avoir envisagé de délivrer le Saint-Sépulcre, il envoie sa flotte participer à la croisade de 1444; après la chute de Constantinople, il prend la croix au Vœu du faisan (1455) et s’associe à la croisade organisée par le pape Pie II, qui voulait prendre lui-même part à l’expédition à laquelle sa mort mit fin (1461).

D’autres indulgences de croisade sont accordées à des souverains qui envisagent de combattre les Turcs: celle du roi de France Charles VIII (1495); celle de l’empereur Charles Quint contre Tunis (1535). La campagne contre les Maures d’Espagne, qui s’achève par la prise de Grenade (1489), et celle des Portugais contre les Maures d’Afrique (1505) sont également des croisades, et le pape accorde des privilèges de croisade permanents aux Espagnols et aux Portugais, qui sont sans cesse au contact des infidèles, par la bulla cruciata qu’on renouvelle automatiquement.

La pression des Turcs sur la Hongrie et en Méditerranée suscite de nouvelles « saintes ligues », caractérisées par l’octroi de subsides aux princes et l’appel à la pénitence, ainsi que par les privilèges de croisade. En 1470, c’est à la suite de la chute de Nègrepont; en 1481, lorsque les Turcs occupent Otrante; en 1500, Venise, la France, la Pologne, la Hongrie et la Bohême répondent à l’appel d’Alexandre VI. En 1511, Jules II en organise une autre (qui se transforme en ligue contre le roi de France); en 1537-1538, en 1570, de nouvelles ligues sont formées: la dernière parvient à remporter la victoire décisive de Lépante, qui met fin à l’expansion maritime des Turcs. Au XVIIe siècle, ce sont encore des croisades que les expéditions dirigées contre les Turcs et les Barbaresques, celles de Szentgotthárd, de Djidjelli, de Candie et, encore en 1715, celle des Vénitiens en Morée; et la campagne de Jean Sobieski pour faire lever le siège de Vienne, en 1683, est le résultat des efforts du pape Innocent XI, pour constituer une ligue des princes chrétiens.

7. Les conséquences des croisades

Les résultats des croisades n’ont pas été négligeables. La première croisade a donné naissance aux États latins d’Orient qui ont vécu presque deux siècles sur la rive d’Asie, grâce aux croisades qui se sont succédé à un rythme très inégal jusqu’en 1272 et même en 1291. Le royaume de Chypre est né de la troisième croisade; l’Empire latin de Constantinople, de la quatrième. Et ces États latins d’Orient ont représenté une formation politique originale. Le royaume de Jérusalem, en assurant la sécurité des pèlerinages et la protection des chrétiens orientaux libérés de la domination musulmane, répondait assez bien au but proposé par Urbain II, bien que rien ne permette de dire si le pape et les croisés avaient alors envisagé un établissement permanent. Mais le maintien de cet établissement avait exigé, de la part de l’Occident, un effort soutenu.

Conséquences économiques

C’est dans le cadre de ces États latins surtout que s’est opérée la découverte d’un monde jusqu’alors assez peu familier aux Occidentaux. Les contacts de civilisations auxquels les croisades ont donné lieu ont pris des formes diverses et sans doute la pensée gréco-arabe a-t-elle davantage pénétré en Occident par la voie de l’Espagne que par celle de l’Orient. Mais il reste que, par cette dernière voie, des emprunts non négligeables ont été faits par l’Occident à l’Orient, et que d’autres ont peut-être aussi eu lieu en sens contraire, bien que dans une moindre mesure.

L’économie méditerranéenne n’a pas été bouleversée par les croisades: les grands courants du commerce mondial se dessinaient déjà auparavant. Mais les croisades les ont transformés: à côté de Constantinople et d’Alexandrie, les échanges entre marchands orientaux et occidentaux se sont situés aussi dans les ports syriens, libanais ou palestiniens, voire chypriotes et arméniens. En effet, le transport des pèlerins, du ravitaillement, des secours envoyés d’Occident a amené les républiques marchandes à fréquenter ces ports et à y rechercher le fret de retour. Les marchands ont fini par s’enfoncer plus avant en Asie, jusqu’en Inde et en Chine.

Conséquences politico-religieuses

Des missionnaires furent envoyés en Asie; les Latins avaient, en effet, pris contact dès leur arrivée avec les Églises orientales, et recherché une union plus intime avec ces dernières. Si la prédication de la foi chrétienne aux musulmans soumis resta toujours assez discrète, les négociations en vue de l’union des Églises prirent beaucoup d’importance et les missionnaires, surtout à partir de l’apparition des Mongols que l’on chercha à convertir, s’enfoncèrent eux aussi très loin en Asie. Au XIVe siècle, cette pénétration religieuse aboutit à la fondation de chrétientés de rite latin dans les contrées les plus éloignées. Et il est inutile de dire ce que ces missionnaires apportèrent à la connaissance du monde.

Toutefois, pour l’Occident lui-même, les croisades ont eu des conséquences d’un autre ordre. Elles apparaissent comme le prolongement du mouvement de paix, sous la forme envisagée au temps de la réforme grégorienne. De même que la pacification de l’Occident incombe à la chevalerie animée par l’Église, ces mêmes chevaliers sont appelés par l’Église à assurer la paix aux chrétiens d’Orient; la croisade se double d’un effort pour réaliser la paix entre les princes et les barons chrétiens: la papauté a été amenée à jouer un rôle capital dans l’organisation de cette pacification, comme en vue de la croisade: les croisades ont été l’un des facteurs qui ont favorisé l’élaboration et la mise en œuvre de la doctrine théocratique.

La nécessité de financer les croisades a conduit la papauté à mettre progressivement en place un système fiscal qui est à l’origine de la fiscalité pontificale du XIVe siècle; la protection accordée aux croisés l’a amenée à étendre le domaine de la juridiction ecclésiastique. Ainsi les institutions ecclésiastiques médiévales ont-elles subi l’influence des croisades. La naissance d’ordres religieux militaires (le Temple d’abord) en est un autre aspect. Mais les institutions de la société civile en ont aussi été influencées; la croisade de Louis VII a certainement renforcé l’autorité du roi de France.

La vie chrétienne en a également été marquée: notons l’importance du pèlerinage du Saint-Sépulcre pour la dévotion; le rôle des indulgences; le sens du sacrifice.

Les réactions contre les croisades

Des réactions défavorables se sont vite fait jour, et d’abord chez les Byzantins à l’intention desquels la croisade avait été instituée: plutôt que des auxiliaires, ils ont vu dans les croisés des envahisseurs suspects de convoiter les territoires de l’Empire grec. Cette méfiance, aggravée d’incompréhensions réciproques, parut justifiée par les événements de 1204 et rendit irréalisable l’union des Églises. Du côté musulman, on mit longtemps à reconnaître la spécificité de la croisade, d’autant que les croisés ne pratiquèrent jamais la conversion forcée; mais l’occupation d’une des villes saintes de l’Islam alimenta le développement de la doctrine de la «guerre sainte» (al-jihâd ).

En Occident, c’est l’échec de la deuxième croisade et, plus tard, celui de la cinquième croisade qui suscitèrent les plus vives réactions de scandale, en faisant douter que la croisade fût voulue par Dieu. Saint Bernard en tira la leçon en soulignant que le fait de participer à une croisade, en raison des sacrifices et des souffrances qu’il entraînait, était en lui-même une œuvre de sanctification, quel que fût le résultat de l’entreprise. Plus tard, des doutes s’élevèrent sur la légitimité d’opérations visant à répandre le sang des infidèles et à prendre leurs terres; d’aucuns blâmèrent les croisés d’abandonner leurs familles et leurs sujets envers lesquels ils avaient des devoirs à accomplir. On attaqua l’avidité de l’Église à propos du système de financement des croisades; en outre, on lui reprocha de les avoir détournées de leur but initial: la défense de la Terre sainte.

Des réponses que suscitèrent ces critiques (tel le Dit du croisé et du décroisé , de Rutebeuf), il ressort que c’est la lassitude qui inspirait beaucoup d’entre elles. Les croisades exigèrent la prise de conscience d’intérêts communs à toute la Chrétienté, et contribuèrent à faire naître des formes de pensée et de vie nouvelles; leur rôle dans la formation de la civilisation occidentale ne peut donc être sous-estimé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • croisades — CROISADES: Ont été bienfaisantes pour le commerce de Venise …   Dictionnaire des idées reçues

  • Croisades — Les croisades du Moyen Âge sont des pèlerinages armés prêchés par le pape. La vision traditionnelle identifie l époque des croisades à la période 1095 1291, du concile de Clermont à la prise de Saint Jean d Acre, et se limite aux expéditions qui… …   Wikipédia en Français

  • Croisades Baltes — Aussi appelées croisades nordiques, les croisades baltes ont été menées par les puissances de l Occident chrétien contre les peuples païens du nord est de l Europe riverains de la mer Baltique à partir de la fin du XIIe siècle : les… …   Wikipédia en Français

  • Croisades - Conspiration au royaume d'Orient — Croisades : Conspiration au royaume d Orient Croisades Conspiration au royaume d’Orient Éditeur France Télécom Multimédia Développeur Index+ Distributeur France Télécom Multimédia Concepteur Édouard Lussan Date de sortie …   Wikipédia en Français

  • Croisades : Conspiration au royaume d'Orient — Croisades Conspiration au royaume d’Orient Éditeur France Télécom Multimédia Développeur Index+ Distributeur France Télécom Multimédia Concepteur Édouard Lussan Date de sortie 1997 …   Wikipédia en Français

  • Croisades Contre Les Hussites — Massacre des partisans hussites (chronique de Bonée, 1545) Les croisades contre les Hussites sont des campagnes militaires des féodaux et de l Église catholique contre les paysans et les partisans de Jan Hus en Bohême de 1420 à 1434. Ce furent… …   Wikipédia en Français

  • Croisades contre les Hussites — Massacre des partisans hussites (chronique de Bonée, 1545) Les croisades contre les Hussites sont des campagnes militaires des féodaux et de l Église catholique contre les paysans et les partisans de Jan Hus en Bohême de 1420 à 1434. Ce furent… …   Wikipédia en Français

  • Croisades baltes — Aussi appelées croisades nordiques, les croisades baltes ont été menées par les puissances de l Occident chrétien contre les peuples païens du nord est de l Europe riverains de la mer Baltique à partir de la fin du XIIe siècle : les… …   Wikipédia en Français

  • Croisades de secours — Carte de l Anatolie et des mouvements des armées chrétiennes Les croisades de secours sont trois opérations militaires successives organisées en 1100 et 1101 à la demande du pape Pascal II destinées à conforter de la Première croisade. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Croisades contre les hussites — Massacre des partisans hussites (chronique de Bonée, 1545) Les croisades contre les hussites sont des campagnes militaires des féodaux et de l Église catholique contre les paysans et les partisans de Jan Hus en Bohême de 1420 à 1434. Ce furent… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.